Comment gérer la baisse de revenu lorsque l’on est en reconversion professionnelle ?

Comment gérer la baisse de revenu lorsque l’on est en reconversion professionnelle ?

Accueil / Infos Apertis / Comment gérer la baisse de revenu lorsque l’on est en reconversion professionnelle ?

La reconversion professionnelle peut être synonyme de baisse de revenus. Les deux cas de figures les plus fréquents sont une baisse de revenus lors que l’individu quitte un poste salarié pour créer sa propre société, soit lorsqu’il « redémarre en base de l’échelle » dans un nouveau secteur d’activité. Dans tous les cas, cette baisse de revenu mérite d’être appréhendée car elle a de l’impact bien au-delà du cadre professionnel mais bien sur l’aspect personnel et l’équilibre de vie de l’individu et de sa famille.

Evaluer ses besoins financiers : revenu plancher et baisse acceptable.

Si les cas de figure impliquant une baisse de revenu peuvent être multiples, il y a une seule méthode viable pour gérer ce changement : anticiper. Comment ? En évaluant précisément vos besoins financiers réels.

L’évaluation des besoins financiers est évidemment à mener en amont de la reconversion, elle fait partie intégrante d’une réflexion concrète sur le projet. Gérée en aval, au moment où la baisse de revenus vous saisit au porte-monnaie est plus difficile et plus générateur d’émotions négatives et potentiellement de déception et de regrets.

La première étape va donc consister à évaluer ses besoins financiers réels, le plancher en dessous duquel le candidat à la reconversion et sa famille vivront dans l’inconfort. Il s’agit donc de faire le calcul très précis des dépenses du foyer et d’évaluer ce qui peut être revu à la baisse sans pour autant tomber dans une austérité qui, si elle doit durer un tant soit peu, risque de générer amertumes et rancœurs de votre part mais aussi des membres de votre famille. Il est donc nécessaire de garder une part de loisirs suffisantes pour qu’aucun membre du foyer n’ait le sentiment de payer cher votre changement de métier.

Une fois cette étape préliminaire réalisée, vous devez mesurer la baisse acceptable à laquelle vous êtes prêt à consentir. Cette baisse acceptable, associée au revenu plancher vous donnera une fourchette de de revenu à viser pour votre nouvelle activité professionnelle. On estime entre 30% et 60% du salaire actuel la baisse de revenu acceptable, au moins les premières années. Car à terme bien entendu, beaucoup de métiers offrent des possibilités d’évolutions qui se traduisent par une augmentation des revenus.

Le plus important étant, comme toujours, d’avoir conscience en amont des conséquences réelles d’un changement de métier pour pouvoir élaborer des solutions ou au contraire, décider que cette reconversion-là demande trop d’efforts pour être réellement judicieuse. En résumé, une baisse de revenus temporaire doit être acceptée et préparée et une baisse de revenus durable doit être choisie au profit de bénéfices majeurs dans le nouveau métier.

L’essentiel est ailleurs : la valeur intangible d’un métier qui a du sens

Cette question de compensation trouve son corollaire direct dans la valeur du métier qui a du sens. Ce n’est pas une valeur monétaire et pourtant, elle vient directement compenser la perte de revenus. Au regard des bénéfices de sens du nouveau métier, dont la valeur est intangible et ne peut être mesurée que par le professionnel, une baisse de revenu correctement appréhendée devient un frein de moins vers la reconversion professionnelle.